Mauritanie-Mali : Des partis politiques en première ligne pour favoriser le bon voisinage

Des dirigeants du parti mauritanien Al-Islah et celui de la Convergence pour le développement du Mali (Codem) se sont retrouvés, mardi, à Bamako pour débattre lors d’un atelier international de co-développement et du vivre ensemble aux frontières entre les deux pays. Une initiative qui vient en renfort aux efforts des deux Etats pour sécuriser leurs frontières.
Une rencontre qui vient à point nommé après les nombreux incidents enregistrés ces derniers temps le long des frontières des deux pays. Les deux partis politiques qui s’investissent ainsi pour favoriser le bon voisinage et la solidarité entre les deux pays frères devraient présenter des analyses et expertises de leurs perceptions pour une meilleure gestion des relations frontalières face à de nombreux défis comme la circulation des personnes et des biens entre les deux pays mais aussi et surtout face à la menace du terrorisme dans la sous-région.
La délégation du parti Al-Islah, qui soutient le programme du président Mohamed Ould Cheikh Ghazaouni, est composée des vice-président du parti, Brahim Ould Hadj El Mokhtar, Dr Diagana Mohamed, Mohamed Lemine Sidi El Moustaph, membre du comité exécutif du parti et Dr Sow Amad Jani, membre du comité exécutif chargé de la solidarité et du vivre ensemble et enfin Abdelwedoud Jeylani, chargé des affaires diplomatiques.
Le parti Al-Islah, rappelle-t-on, est présidé par Me Mohamed Ould Ahmed Salem Ould Talebna,
Quant à la Convergence pour le développement du Mali (Codem) fondé le 24 mai 2008 par Housseini Amion Guindo dit «Poulo», s’identifie comme « une organisation politique à vocation africaine» et est assez bien représenté avec un groupe parlementaire et plusieurs centaines de conseillers municipaux.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Back to top button